man vs wild

Le week-end du 3-4 octobre 2015, j’avais le challenge d’enchainer un grand prix le samedi après midi, et un half le dimanche matin (Natureman).

Grand prix de Nice : Je savais d’avance qu’il serait difficile de faire mieux que ma 19ème place d’Embrun, mais j’étais tout de même décidé à jouer crânement ma chance pour aider le club de Sainte Geneviève Triathlon à cette finale du GP de la FFTRI.

Malheureusement, après un départ raté où j’ai vite été pris en tenaille par le gros de la troupe, puis des mauvais choix de trajectoire, je loupe le pack principal. Je me retrouve dans un groupe où nous sommes que deux à réellement travailler ce qui rend toute jonction avec la tête impossible.
La course à pied sera sans grand intérêt car je suis trop loin pour classer l’équipe.

Si je devais réussir une course dans le week-end, la logique aurait voulu que ce soit la première.

De plus, un trajet Nice/Lac de Sainte-Croix au plus fort de la tempête qui a ravagé le Sud Est ce funeste WE, une arrivée sur le site de course du Natureman en plein milieu de la nuit, une courte nuit, font que je me lève le dimanche matin avec peu d’espoir de faire une bonne course.

Pour faire simple, un week-end parti pour être classé dans le top des déplacements des courses « galères ».

Heureusement le soleil est de la partie et la beauté du paysage me redonne un peu d’entrain pour aborder ce Natureman.

Je fais toute la natation au contact de Mike Aigroz dans l’eau limpide du Lac de Sainte-Croix. Seul Julien Pousson que nous n’avons pas vu partir prend une 40aine de secondes d’avance, nous le reprendrons avant le pied de la première bosse que nous monterons groupés.

Aigroz me lâche dans la descente que je ne connais pas et où je ne veux prendre aucun risque. De toute manière, j’ai la consigne de faire mon propre effort sur le vélo et il a l’air d’avoir de très bonnes jambes.

Je me fais reprendre par un groupe quelques kilomètres après l’Enfer du Sud (c’est le nom donné à cette fameuse côte située au KM40), groupe qui finira par exploser dans la dernière bosse en fin de parcours vélo.
Je pose le vélo 6ème et quasi tout le monde court plus vite que moi sur les 3 premiers kilomètres.

Je ne panique pas et je gère tranquillement mon pacing pour revenir au contact de la deuxième place au 15 km. S’en suit une belle et rude bataille avec le champion d’Europe de duathlon LD. Les parties roulantes sont à mon avantage, les accidentées au sien. Finalement, complètement lessivé mentalement, je me fais lâcher dans la dernière bosse du parcours et je prends une satisfaisante 3ème place vu les circonstances.

La fin du week-end sera énorme avec la fort sympathique soirée de l’orga et des bénévoles, puis une petite balade dans les gorges du Verdon le lundi matin

Maintenant cap sur la fin de saison

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s