70.3 Monterrey

Après une saison 2014 qui fut rude d’un point de vue physique et mental (fracture de la clavicule à la suite d’une chute à vélo aux US en 2014), J’ai effectué un petit séjour au C.E.R.S de Saint Raphaël pour retrouver toute la force et la mobilité de mon épaule droite.
Ensuite j’ai repris le chemin de l’entraînement jonglant entre Montpellier et Vichy (lieux de mes études).

Le training hivernal à été très bien réalisé dans l’ensemble : du volume, de l’intensité et aucune blessure. C’est donc avec un moral au beau fixe et plein de confiance que je suis parti au Mexique pour le 70.3 de Monterrey : nouveau pays, belle start-list, « autoroute » pour le vélo, et mon mécano-dédramatiseur de situation Antonio Cali (belle course au passage).

Google image m’a vendu cette ville comme ensoleillée avec seulement 3 jours de pluie par mois…

Bien que les mexicains soient les personnes les plus accueillantes que j’ai eu l’occasion de rencontrer, que la ville de Monterrey soit (semble-t-il) entourée de belles montagnes, que l’architecture et les spécialités culinaires locales soient extraordinaires, le séjour, d’un point de vue météorologique, c’est finalement résumé à 5 jours de pluie.

Mais le but était simple, faire la course, la faire vite, avec le moins de monde devant moi à l’arrivée.

Les 1,9 km de natation se déroulaient dans une quasi piscine, un seul aller, pas d’échauffement possible, et, après un départ plutôt chaotique, je me retrouvais en fin du groupe de tête.  Le groupe emmené par Faris Al Sultan se scinda en deux aux alentours des 1000m et étant mal placé je me suis retrouvé piégé.

Je n’ai pas  paniqué car nous n’accusions que 30 secondes de retard à la sortie de l’eau (quelques secondes reprises à T1) et je savais que Ritchie Cunningham, Francisco Serrano et Horst Reichel se trouvaient avec moi, que Jordan Rapp se trouvait plus loin dernière nous, qu’il y avait donc du monde pour revenir sur la tête de course.

Dès le début du vélo je décidais d’assurer un tempo rapide, relayé à distance par Cunningham, ce qui nous a permis (dès les tous premiers kilomètres) de faire la jonction avec la majorité des meilleurs nageurs et d’avoir « à portée de fusil » les 3 échappées (Tim don, Collington et Kemp)

J’aurais aimé vous raconter la suite de mes aventures mais malheureusement j’ai crevé de l’avant vers le km10 et j’ai du regarder, impuissant, s’envoler mes concurrents ainsi que mes ambitions.

Après avoir réparé, être reparti, avoir déjanté, j’ai été contraint de mettre le clignotant au 35ème KM ne pouvant plus rouler convenablement.

Depuis mon retour en France, je suis reparti de plus belle à l’entrainement avec en ligne de mire le 70.3 d’Aix en Provence et la ferme intention de vaincre le signe indien qui me suit depuis maintenant 1 an.

Pour les pro du matos, j’ai utilisé :

Trisuit : Zerod Isuit

Natation :
Combinaison : Zerod V-Flex.
Lunettes : Zoggs Predator blue mirror.

Vélo :
Felt IA Frd .
Groupe: Shimano Dura Ace DI2 11v.
Roues arrière : Zipp 808/404 firecrest.
Casque : Giro Selector.
Chaussures vélo : Sidi T3.
Compteur : Garmin 510.

Course à pied : 
Nike Lunar Racer.

Alimentation :
2 bidons 750 ml GU Roctane
GU Energy Gel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s